Assignés au tribunal, ils poursuivent leur grève – Le Parisien

Posté le 23 avril 2013 // Étiquettes :

Article paru le 23 avril 2013 // Étiquettes :

Le mouvement de grève passe par la case tribunal.

Hier après-midi, une quarantaine de salariés de l’entreprise Cycléade, installée dans la zone industrielle de Vitry-sur-Seine, se sont retrouvés au palais de justice de Créteil. En grève depuis près de deux semaines, ils ont en effet été assignés en référé par leur employeur qui leur reproche un mouvement illicite.
« La direction de la société Cycléade entend démontrer que le mouvement de grève […] constitue un trouble manifestement illicite en ce qu’il se caractérise notamment par un abus du droit de grève » note le document d’assignation envoyé aux salariés.
L’employeur estime que la revendication des salariés — le départ d’un nouveau responsable de site — constitue « une ingérence dans la direction de la société ». Par ailleurs, il considère que « l’attitude des salariés grévistes ne permet pas d’assurer la sécurité du site ».

Verdict le 7 mai

« Le juge a rappelé que les grévistes devaient laisser rentrer les camions, assure Sylvain Colas, le directeur régional de la communication de SITA, dont Cycléade est une filiale. Ils n’ont pas le droit de bloquer l’accès au site. » « C’est un petit rappel pour apaiser les choses, confirme Me Rudy Ouakrat, l’avocat des salariés. Mais de toute façon, les salariés n’empêchaient pas les véhicules de rentrer. La direction a attaqué abusivement. »
Quant à savoir si la grève est licite ou non, le juge ne se prononcera que le 7 mai prochain par une ordonnance écrite. En attendant, les grévistes poursuivent leur mouvement. « On maintient le piquet de grève, souffle un salarié. Ce coup de pression de la direction ne change rien. »

 

Article paru dans Le Parisien – 23.04.2013